Bonjour à tous,

L'hôtel Insula à Tulcea fut une halte agréable. Par contre après de vaines tentatives et de nombreux coups de téléphone pour trouver un hébergement à Sulina, malgré les conseils qui m'étaient donnés de débarquer et de trouver une chambre chez l'habitant, j'ai renoncé. Autrefois je ne me souciais jamais de réserver à l'avance mais j'ai dû vieillir. Et puis devant la foule qui affluait en ce mois d'août l'envie de Delta m’est passée. Constanta et ses abords se sont révélés également saturés.( taux d’occupation des hôtels : 98 %) J'ai donc anticipé sur ce que nous aurions dû faire à deux et prit la route de la Bucovine.

Stakhanoviste j’ai fait presque tous les monastères.

 

Le harem du seigneur

J’ai commencé par Agapia : 350 nonnes, vous rendez-vous compte ? Elles vivent dans le monastère coquet, fleuri et dans de petites maisons qui entourent l'église, y louent des chambres mais Messieurs ne vous trompez pas sur la vocation de ces dames, leur maison est ouverte, les amours du seigneur sont exclusives.

 

Voronet

 

Il pleuvait des cordes dans ce lieu très touristique, la Chapelle Sixtine de l’orient. Le seigneur voulait-il se venger de mes pensées iconoclastes ? J'ai malgré tout voulu vous faire parvenir quelques photos mais pieds et corps trempés je me suis vite réfugié à l'intérieur comme les quelques visiteurs qui bravaient les intempéries et n’ai guère pu apprécier les fresques extérieures. Mais je relirai « Rhapsodie roumaine » de Dominique Fernandez, je vous le conseille, érudit et sensible. Décidément Dominique devient l'une de mes références en voyage.

 

Humor et Moldovita

Non je ne vais pas vous infliger un descriptif de tous les monastères mais ce dernier mérite d'être vu : l'église est coiffée de ce toit carapace protecteur des sanctuaires moldaves toujours entourés d'épaisses murailles.

 

Sucevita

C’est l'ensemble iconographique le plus riche et le mieux conservé(mais dans nombre de monastères des équipes de jeunes étudiants ravivent les couleurs des fresques)

je vous ai photographié l'échelle des vertus, la grande procession des personnages. Vous m’appercevrez tout en haut parmi les séraphins et pourrez mesurer tous les échelons qu'il vous reste à gravir pour faire parti du petit cercle des vertueux.

 

Putna

Stephan cel Mare(Étienne le Grand) y est enterré  et les Roumains viennent toujours  lui rendre hommage . Ici les murs n'ont pas été peints. L'église est plus sobre et le site est magnifique. 

 

Arbore

Un cadre champêtre surtout remarquable par la finesse de ses miniatures, une succession de petites scènes  d'une grande fraîcheur.

 

Dragormina

Ce fut ma plus longue halte pour le sympathique camping en face du monastère, à proximité d'un étang ou un couple nantais avait également choisi de s'arrêter. J'ai fait une longue balade à travers les bois mais j'ai dû renoncer à rejoindre à pied Patrauti comme j'en avais initialement l'intention.

La forteresse monastique dans les champs ne m'a guère impressionné, de grands remparts entourent l'église qui témoigne d'une nouvelle architecture moldave : bien plus hautes que les précédentes, un peu disproportionné, murs nus ornés de quelques torsades.L’intérieur par contre où je ne retournerai qu'au moment du départ est riche d'icônes.

Le jour de mon arrivée, un dimanche, la foule affluait à une messe et rendait difficile l'entrée dans l'église. Pourtant j'étais attiré par « la fluidité aérienne du chant des nonnes» je réussis à pénétrer sous le porche et la je m'arrêtais  étonné par les « sacs » de tissu noir qui l’ encombrait. J'ai mis un certain temps à comprendre qu'il s'agissait de nonnes prosternées, j'allais dire affalées par terre. Effrayant. J'ai quitté précipitamment l'église. Désolé, je n'arrive pas à comprendre ni même à compatir.

Mais ce soir à Mioveni je suis invité à participer à un dîner de dames par Maria qui pleure toujours mon ami Marion. J'aurais une autre vision des femmes roumaines de ma génération..

 

Je finis ma tournée des monastères par Patrauti, petite église en pleine campagne, beaucoup moins connue, plus paisible, entretenue par un jeune pope paysan passionné. Après les immanquables c'est l'église que vous devez voir.

 

Mioveni

Longue route ponctuée de haltes par les gorges du Bicaz pour retrouver Brasov et Mioveni. Un appel téléphonique d'Ovide me disant qu'il m'attendait m'amène à arriver plus précocement que prévu.

Quel plaisir de revoir à nouveau Lila, Ovide, Tudor, Maria, Corinna(sa fille) Alex, Coca, Hadrien etc. jeunes et moins jeunes, amis de longue date maintenant.

Corinna me demande un exposé sur le système de retraite français qu'elle peine à comprendre. Son entreprise, Adobe, vient de racheter une société française et elle est chargée de rechercher une certaine harmonisation des systèmes sociaux des filiales européennes de ce groupe américain. C'est la nouvelle Europe.

 

PS: Pour mes amis français qui le connaissent tous, elle a sympathisé avec la fille d'Émile.Andreada, revenue travailler sur la terre de ses ancêtres où apparemment elle s'épanouit. Je tenterai de rassurer son père à mon retour!

J'essaie de faire suivre les photos