Bonjour

Ce blog n'avait pas vocation à être réactualisé, la première partie de notre voyage ne donnait lieu qu'à de peu d'émotion si ce n'est à interprétations contradictoires de notre part.

Mais voilà.. Nous sommes en Équateur et découvrons un pays magnifique, il m'incite à reprendre la plume ou plutôt le micro. Actuellement nous séjournons à Vilcacamba, village proche de la frontière péruvienne connu pour la longévité de ses habitants, avant bien sûr qu'ils n'adoptent les modes alimentaires de notre temps, Coca et hamburgers. Il reste un lieu d'études gérontologiques et de rencontres pour routards. Nous avons pris pension chez Nicolas, dans l'un de ses bungalows qui entourent un jardin luxuriant. Ici l'eau ne manque pas, les nuages laissent rarement place un ciel bleu . Les montagnes qui nous entourent sont verdoyantes et souvent cultivées malgré les pentes abruptes.

Nous avons bien sûr commencé notre périple équatorien par Quito . Après avoir longtemps hésité  sur le mode de transport nous avions opté pour la route qui nous permettait de découvrir les paysages et les habitants. Le trajet de Popayan(Colombie) est certes fort long mais la  panamérican traverse des paysages somptueux: elle longe des  abrupts vertigineux, escalade les montagnes. Seule la halte nocturne à Ipiales, avant de passer la frontière, fut décevante dans un hôtel de piètre qualité. 

 

 

Quito: le coup de cœur 

 Nous avons été séduits par cette capitale andine. Il est vrai qu'un hôtel fort agréable dans une vieille bâtisse du centre historique, à proximité des églises et musées , a contribué à l'agrément du séjour.La richesse du patrimoine est incomparable. Nous retrouvons aussi, enfin, après la Colombie une cuisine élaborée et goûteuse.

Franciscains et jésuites ont bâti de splendides lieux de culte : monastères et églises oscillant entre le baroque et le rococo. Les peintures, les statues et les vitraux abondent. les disciples de Saint François ont fait vœu de pauvreté, ce qui n'empêche pas la richesse collective,  la profusion d'oeuvres d'art ( ils furent les promoteurs de l'école de peinture de Quito) témoignent de l'influence passée de l'ordre. je dois toutefois avouer que la propension aux représentations sanglantes tant dans les tableaux que dans les sculptures me laisse interrogateur et peu enclin à adopter une religion qui vénère le martyr.

Les jésuites qui ne sont pas hypocrites, et ne dédaignent pas les biens de ce monde ont fait de leur église la plus riche du continent : l'or recouvre l'essentiel des murs, plafonds et colonnes et constitue le matériau des motifs souvent empruntés à l'art musulman.

Comme dans la plupart des villes sud-américaines il est recommandé de ne pas se promener après la tombée de la nuit. Nous n'avons pourtant pas eu de sentiment d'insécurité.

La campagne électorale des municipales battait son plein.Le vert , la couleur de la coalition Allianz Pais de Raphaël Correa dominait très largement: drapeaux et affiches aux balcons, cortèges dans les rues, bus de partisans, meeting au carrefour et nous n'avions nul doute sur la victoire  électorale de l'alliance, d'autant que la popularité d'un président efficace, reconnu pour avoir transformé en quelques années son pays ne pouvait que servir le maire sortant, candidat du pouvoir. 

 

Cuenca

De quito nous avons pris un vol pour la troisième ville du pays.Cuenca est pleine de vie et de charme, ville universitaire elle regorge de cafés, restaurants et il fait bon s'y promener à toute heure.

Nous avons failli en garder une image déplaisante : après une arrivée tardive nous découvrons la médiocrité de l'hôtel que nous avions réservé et la réceptionniste commence par nous annoncer qu'il y avait plus de chambre, puis nous dit que malgré tout, après avoir fait déménager un autre client nous pourrions rester. En réalité elle ne souhaitait sans doute pas  hébergé de touristes dans ce lieu puisqu'elle nous oriente vers un autre hôtel du même nom de bien meilleure qualité, la confusion doit être fréquente sur les sites de réservation mais il nous faudra écrire au routard qui recommande le premier!

La vieille cathédrale, désaffectée, mérite une visite. elle est aujourd'hui le lieu où se produit l'orchestre symphonique local. Par contre la nouvelle cathédrale, monstrueuse, en face, ne mérite pas le détour à moins que vous ne soyez comme l'ancien maire de Ploermel, des admirateurs de Jean-Paul ll: sa statue vous accueille à l'entrée. Nous remarquons que les bleus font ici jeux égal avec les verts et que l'occupation des balcons et des rues est à égalité.

 

 

Vilcabamba

Nous allons rester trois jours dans ce lieu privilégié.

Hier soir j'ai suivi le résultat des élections: mes pronostics s'avèrent erronés, Quito passe à droite à une très large majorité(58 % pour le candidat de l'opposition), à Cuenca et à Gayaquil l'opposition conserve ses fiefs et les élections se révèlent désastreuses pour la majorité présidentielle .

Après-demain nous prendrons la route du Pérou pour rejoindre Piura après neuf heures de route.

 

PS: je fais suivre dans peu de temps les articles sur Cuba et la Colombie, je tenterai également d'y joindre quelques photos.