22 juin 2013

Les îles Lofoten

 

Bonjour à tous,

Voilà longtemps que je ne vous ai pas donné de nouvelles. Peut-être pensais-je que seules les contrées lointaines étaient susceptibles de vous intéresser. Ce compte rendu réalisé tardivement alors que les émotions ressenties s'éloignent ne pourra témoigner comme je l'aurais voulu du plaisir que nous avons éprouvé à nous retrouver dans des paysages et des sites d'une grande beauté.

  À notre retour d'Amérique latine j'avais le désir de revoir les terres du nord de l'Europe, désir accentué sans doute par la lecture de leurs excellents auteurs qui me promènent d'Islande en Laponie en passant par les Îles qui bordent l'Écosse.

Une longue route  nous attendait pour rejoindre Puttgarden, la porte allemande du Danemark ,nous y avions campé avec Hervé en 1968.

Nous sommes passés revoir la petite sirène mais je dois avouer que ses charmes ne sont pas suffisants pour me retenir longtemps à Copenhague, la ville aux toits de cuivre verdi. J'avais gardé un souvenir ému d'une soirée où la bière coulait à flots à  Tivoli Garden (à  l'époque je n'étais pas sevré et ne buvais que du lait), le rôle du conducteur m'avait échu toute la nuit. Je n'y suis pas retourné cette fois, le parc a perdu une bonne part de son attrait: aujourd'hui s'y côtoient restaurants et boutiques sans intérêt, je me suis contenté de balades le long des canaux de la ville.

La Suède

Contrairement à ma crainte la traversée de la Suède ne fut pas ennuyeuse, longue certes mais avant les centaines de kilomètres de route au travers des pins les paysages sont variés et longent de nombreux lacs..

Je ne me souvenais pas de Stockholm: le coeur de ville est magnifique. Notre passage fut trop court et nous reviendrons en avion pour y séjourner quelques jours et découvrir plus en profondeur cette jolie capitale parsemée d'églises et de bâtiments de belle architecture. Notre camping à une dizaine de kilomètres nous empêchait de pouvoir jouir des soirées en ville. Le but de ce voyage était avant tout les îles et la côté norvégienne.
Nous avons apprécié l'hospitalité suédoise et le confort des relais  à proximité de la route qui permettent aux voyageurs de s'arrêter voire de camper dans des lieux spécialement aménagés dotés d'un certain confort au bord des rivières et des lacs.
 Quelques milliers de kilomètres plus loin, après avoir longé le golfe de Botnie nous sommes  arrivés à Kiruna, la ville du fer. Autant le climat était clément jusque-là  autant nous avons eu relativement froid dans cette partie de  la Suède où la neige n'avait pas encore fondu et où les lacs étaient toujours  gelés. La ville est entourée d'immenses terrils et le fer qui fait toujours sa fortune  tant sa concentration est dense( c'est le fer le plus pur du monde )hypothèque aussi son avenir, les tunnels  qui parcourent le sous-sol font craindre des effondrements , la ville devrait être reconstruite prochainement  sur un site voisin.

De KIruna il nous fallait emprunter la triste route du fer, lieu de durs affrontements au début de la seconde guerre mondiale entre les troupes franco norvé qui se blog aura une suitegiennes appuyées par les Anglais et les nazis : l'essentiel de l'approvisionnement  en minerai  de l'Allemagne venait en effet de ces mines.

Nous ne nous sommes pas attardés à  Narvik, il nous fallait simplement faire le plein  et  nous approvisionner en monnaie norvégienne.  La réputation de la Norvège n'est pas usurpée: la vie y est extrêmement onéreuse ,bien plus qu'en Suède. Le pétrole fournit au pays des ressources considérables pour ses 4 millions d'habitants ,cette manne est d'ailleurs fort bien gérée puisque les Norvégiens  ne la dépensent pas et la placent dans un fonds administré suivant les critères de l'investissement socialement responsable et n' utilisent actuellement que les intérêts. 

Les îles 

Nous avons abordé les îles par la terre. Les Vesteralen sont à présent reliées au continent par une série de ponts et de tunnels. Elles n'ont pas la réputation de leurs voisines, moins touristiques, plus sauvages elles retiennent peu en général le voyageur. Pourtant elles constituent une approche"en douceur"des spectaculaires Lofoten. Nous dormirons dans le port de plaisance  de Lodingen transformé en camping municipal. Contrairement aux dires du guide du routard les emplacements permettant le camping sauvage  sont rares. Et nous apprécions le confort d'une douche chaude le matin. La confiance règne : le paiement s'effectue dans une boîte où chacun doit mettre son obole.

 

Lofoten 1_120Lofoten1

Le soleil de minuit

IMG_0243                   IMG_0269

 

La réputation des Lofoten n'est pas usurpée : nous y passerons une semaine au soleil sous une douce température qui permettra bains et bronzage au bord de fjords au sommet toujours enneigé. À plusieurs reprises nous cueillerons des fruits de mer mais j'ai surtout apprécié le saumon et le steak de baleine mariné(chut… Les écolos vont réagir, les Norvégiens vous expliquent que c'est la commission européenne qui viole les engagements, qu'en rien ils ne portent atteinte à la survie de l'espèce qu'ils pêchent, une variété de petites baleines  très répandues prétendent ils).

IMG_0248

Les harengs sechent au soleil de Slovaer

Des Lofoten je ne connaissais jusqu'à présent que la capitale Slovaer où j' avais accoster en compagnie de Sylvio il y a quelques années. Nous parcourons l'île, ou plutôt les îles qui constituent l'archipel dans tous les sens.

 

 Il faut rester une nuit à Eggum sur la dune pour voir le soleil de minuit. Nous y arrivons les premiers mais nombre de camping-cars nous  suivrons : le principe est toujours le même  une boîte à l'entrée du site où vous êtes censés mettre vos billets.. Nous descendrons la côte Ouest jusqu'au village de A, réputé le plus beau des villages et découvrirons Reine(mignonne petite ville plus jolie de loin que de près).

Ils le font à vélo

Lofoten 1_187Lofoten1

 

 

Nous remonterons vers Leknes par une superbe route côtière et ferons une rencontre inattendue dans un camping très agréable au bord d'une rivière : le soir arrivent deux cyclistes lourdement chargés, un couple de septuagénaires toulonnais qui vont fêter les 70 ans de Madame au Cap Nord! ils sont partis pour six mois et rentreront par la Finlande et les pays baltes.J'admire leur équipement même si je me sens bien incapable de tenter la même aventure. Par contre je les suivrais volontiers en scooter. Nous leur offrirons un pot(j'ai toujours une provision de vins Français fort utiles pour nouer des amitiés dans ces contrées lointaines où le vin est vendu à un prix prohibitif) nous les retrouverons le lendemain dans un camping au nord de Slovaer où je fêterai mes 66 ans. Champagne et fruits de mer au menu. Tendez la main: le verre sur la photo est pour vous.

 

Lofoten 1_127Lofoten1                   IMG_0201

                                                                                              La preuve par l'image

Retour sur le continent 

Nous prenons le bateau pour Stuvik afin de pouvoir découvrir cette partie de la côte puis après Fauske prendrons la superbe route 17 qui longe les fjords. Route payante bien sûr. Il vous faut avant d'entrer en Norvège acheter le "visitor payment" et confier votre numéro de carte de crédit à une autorité norvégienne. Votre plaque d'immatriculation sera photographiée quand vous passerez certains ponts ou tunnels et vous découvrirez votre facture en rentrant(j'ai pris toutefois pris la précaution de mettre un plafond à 100 €, ce qui  est de nature à éviter quelques déboires en cas d'excès de vitesse. J'ai gardé le souvenir de mon amende en Australie, arrivée quelque temps après une infraction que je ne savais pas avoir commise).

À plusieurs reprises nous devrons patienter pour prendre les ferries, ce sera l'occasion de nouer des contacts, de partager  apéritifs et provisions sur les parkings.

 

IMG_0557

Plus nous descendons vers le sud que le temps devient humide et frais. Après Moirana nous quitterons la route côtière pour prendre la route du centre,  et rejoindre Oslo par le chemin des écoliers. Après une première étape à Bolareinen pour admirer des sculptures d'il y a 6000 ans et en particulier un cerf magnifiquement stylisé  ce sera Trondheim pour sa cathédrale. Nous souhaitions aussi découvrir Roros, petite bourgade inscrite au patrimoine mondial de l'humanité : une ancienne petite ville minière avec ses nombreuses vieilles maisons de caractère et ses rues prolétaires.

 Oslo 

Nous ferons halte pour deux nuits sur le parking du port de plaisance .Recommandé pour les haltes brèves de camping-cars, il a le mérite de se situer à peu de distance du centre-ville que nous pouvons gagner à pied. Certes le confort est limité mais il nous permettra de n'avoir pas à multiplier les transports en commun pour nous rendre au centre-ville, sur les quais ensoleillés mais aussi et surtout dans les deux musées qui accueillent l'exposition de Munch.Oslo fête les 150 ans de son peintre fétiche. Autant j'apprécie la première période autant la seconde dans un musée excentré qui nous vaudra une longue marche ne me paraît guère intéressante, même "le cri "est peu mis en valeur.

J'aurai le plaisir de découvrir ma bière"Ossian" sur les rayons du mini market voisin du port: voilà qui témoigne de relations anciennes entre l'Écosse la côte norvégienne. C'est bien la première fois que je la trouve en dehors des Highlands.

Lofoten 1_143Lofoten1

 D'Oslo nous prendrons la route de Goteborg d'où nous avons décidé de nous embarquer pour le Danemark mais nous prenons le temps de passer par les petites iles et les villages qui bordent la côte suédoise.

 

 Jean-Louis de Strasbourg

 

Nous hésitions sur la route sur la route du retour : initialement nous avions prévu de passer par Bruxelles mais la réception d'un mail inattendu nous fait choisir Strasbourg. Après près de 30 ans l'ami Jean-Louis à trouver mes coordonnées et me fait savoir qu'il souhaite reprendre contact. Nous avions partagé bien des aventures professionnelles  lorsque Michel Lucas qui n'exerçait pas ses responsabilités actuelles à l'époque nous réunissait régulièrement dans un petit groupe de travail à Paris. C'était l'heureux temps où nos fédérations pouvaient  se mettre d'accord pour imposer leurs choix stratégiques à la confédération  du crédit mutuel et la marginaliser dans les négociations. Nous avons ainsi vécu avec Jean-Louis, Claude, Alain et Michel la belle aventure des cartes tout d'abord au sein de MasterCard – Eurocard puis du GIE cartes bancaires. Je ne pouvais refuser une telle invitation, il m'arrive encore d'avoir la nostalgie de ce temps-là.

Pour l'instant je ne sais si ce blog aura une suite. Le prochain départ aura lieu fin juillet,  je prendrai la route en scooter pour la Grèce et retrouverai la Croatie, le Monténégro et l'Albanie avant de passer en Grèce. J'ai rendez-vous fin août avec Élisabeth à Cythère.

 Au revoir

Ossian