Les 40e rugissent…

 

Les quarantièmes rugissent ce matin, les 12 étages du Carnival tanguent, les piscines perdent les eaux et les passagers l'équilibre à l'approche du Cap Horn. Un contraste saisissant après le beau coucher de soleil d'Ushaïa hier soir.

 

La croisière m'ennuie.

 

La croisière s'amuse : tout est parfait  sur le Carnival Splendor; le personnel est attentif, aimable, souriant, stylé et efficace, nous disposons d'une grande chambre confortable avec balcon, les restaurants sont dignes des bonnes tables françaises, la cuisine élaborée et variée, des bars multiples et des attractions nombreuses permettent aux croisièristes d'occuper agréablement leur journée. Et pourtant dans ce village de 4000 personnes où l'organisation remarquable ne peut que satisfaire les seniors américains (mais les sud américains et les Canadiens francophones sont également nombreux) je ne me sens guère à l'aise. Les amis français qui m'ont dit dans leur mail combien ils avaient aimé ce périple seront surpris : la croisière m'ennuie, ce style de voyage ne me convient guère. Certes les paysages sont somptueux, magnifiques les monts enneigés et les glaciers que nous approchons dans le détroit de Magellan et le canal de Beagle mais il m'arrive de regretter d'avoir choisi le confort, de ne pas avoir à m'inquiéter de l'hôtel que je découvrirai à une heure tardive après une longue route, l'imprévu me manque dans ce monde clos où tout est pensé pour vous offrir un séjour de grande qualité.

P1020985                     P1030037

Les ascensores de Valparaiso                                                   L'un des glaciers du détroit de Magellan

Ce n'est pas une plainte plutôt le constat d'un retraité gâté(eux)  qui aurait dû suffisamment se connaître pour ne pas commettre cette erreur.

Je ne sais si je peux comparer les fjords norvégiens aux fjords chiliens, ils sont tous magnifiques mais je préfère le voyage vers le Cap Nord sur un navire de l'Hurtigruten qui a conservé son rôle de caboteur, s'arrête dans tous les petits ports où avec Silvio nous achetions notre pitance avant de la déguster arrosée d'une bière dans le bar panoramique du bateau.

 

Hervé : rendez-vous en juin îles Lofoten, nous n'avons pas d'élections cette année. Mais je ne sais si nous retrouverons les émotions de nos 20 ans lorsque nous descendions de Kirkeness à Bergen les routes pierreuses de la Norvège d'alors en 2cv! 

 

Punto Arenas , Puerto Montt et la mythique Ushuaïa

 

Puerto Montt n'a guère d'intérêt si ce n'est celui de nous permettre d'accéder à Internet(sur le bateau il est possible de recevoir les mails mais pas d'en expédier. Ne me demandez pas pourquoi… Il semblerait que la qualité de la Wi FI en mer ne le permette pas )

Punto Arenas par contre est une jolie ville que nous avons découvert sous le soleil. Elle a été fondée par des Croates qui constituent toujours le tiers de sa population. La visite des cimetières, lieux calmes et sereins, réserve toujours des surprises : ici ce sont les tombes de la société française à côté de celles de la société croate, de la société italienne, de la société espagnole, de la société dalmatienne et bien sûr de la société Cosmopolitaine!

 

Ushuaïa: j'avais lu des critiques  décrivant une ville de peu d'attraits. C'est faux. Elle est lovée dans un cadre magnifique, la découvrir en bateau est un plaisir, avant d'accoster il faut d'abord contourner les multiples îlots de sa baie. Entourée de monts peu élevés elle est bordée d'une longue plage et son climat semble agréable, cela nous sera confirmé. Je croyais découvrir une ville à l'activité essentiellement portuaire, tournée vers la pêche, l'exploitation du bois or il n'en est rien : ce sont des activités mineures, elle vit grâce aux industries des composants électroniques qui s'y sont installés et bien sûrs au tourisme, les rues abritent un grand nombre de magasins de souvenirs.

 En longeant le bord de mer nous apercevons une belle maison aux toits rouges: la maison d'un négociant croate du début  du siècle dernier bâti en centre-ville, démonté et reconstruit à la périphérie pour devenir le symbole de l'architecture de l'époque et le centre culturel. Nous sommes accueillis en français par un jeune homme qui rêve de découvrir l'Europe et fréquente assidûment l'alliance française d'Ushuaïa.

 

Nous arrivons à Puerto Madryn d'où je tenterai de poster ce blog. Il y a quelques années nous avons pu admirer les colonies de pingouins, d'éléphants de mer, et les baleines  à bosse qui sont l'attraction majeure de la péninsule de Valdes. Nous délaisserons donc les excursions proposées pour nous promener en ville.

Après une halte à Montevideo nous arriverons à Buenos Aires où nous attend l'asado de Pachi.

 

P1030021                     P1030022

La sociéte française                                                                  Pour Ranko et Georgia

P1030005                                   P1030030

Du bateau                                                                                               Coucher de Soleil à Ushuaïa

P1030053                               P1020986  

Un autre Finisterre                                                            Le Carnival Splendor

IMG_0140

Ushuaïa du pont du Splendor