Bonjour à tous,

Le Vietnam ne m'a pas pour l'instant beaucoup inspiré et il faut ce nouveau séjour chez Patrick à proximité des temples d'Angkor, dans la sérénité de sa magnifique propriété pour que je reprenne ma correspondance avec vous.

Pour autant je ne voudrais pas faire l'impasse sur ce premier séjour à Phu Quoc et dans le delta du Mékong.

                                     

Phu Quoc: une agréable station balnéaire 

                                                           

                                                  

P1020314                     P1020319

 

Je conçois  que cette île ou plutôt sa capitale qui concentre les installations touristiques puisse être un lieu de séjour agréable pour qui souhaite passer quelques jours de vacances en bord de mer dans un environnement calme. Phu Quoc n'a pas la concentration de touristes que l'on trouve sur les plages thaïlandaises et la comparaison avec PHUKET est pour l'instant audacieuse. La plupart des hôtels sont composés de bungalows à proximité immédiate des plages. Après le long vol une halte de quelques jours était la bienvenue mais l'ennui me  gagnerait assez vite S'il fallait que j'y passe plusieurs semaines. Je dois pourtant à la vérité de dire que cette île ne vit pas uniquement pour le tourisme et a su préserver des activités d'artisanat, d'agriculture (les célèbres poivriers de Kep sont souvent situés sur cette île) et surtout de pêche dans ses multiples ports. Curieusement, mais c'est sans doute une volonté délibérée,pratiquement tous les hôtels se concentrent à Duong Dông          .

La location d'un scooter nous a permis de découvrir l'île dans ses différentes composantes.

Il nous était recommandé de  commencer par le Nord d'accès réputé plus aisé: en fait même pour un conducteur de deux-roues expérimenté comme je prétends l'être la route de terre que nous avons vite trouvée, détrempée par les pluies de mousson et creusée de nombreux trous se maîtrise difficilement et la conduite nécessite parfois de poser les pieds dans l'eau boueuse pour rétablir l'équilibre! Mais ce n'est pas déplaisant puisque nous parcourons des kilomètres au travers de forêts luxuriantes longeant la mer. Nous découvrons également, perdus dans la nature au bord de belles plages de sable, quelques rares hôtels où doivent s'isoler des touristes misanthropes en mal de silence. Ce sera pour une prochaine fois.

Revenir en ville est aussi une gageure: non seulement le goudron s'arrête 2 ou 3 km avant d'entrer dans la localité mais vouloir passer par le centre-ville et son marché le soir dans la cohue des scooters oblige à avancer au pas avant de prendre le pont de bois réservé aux deux-roues et aux piétons.

La partie sud que nous avons parcourue jusqu'en son extrémité  le lendemain nous a paru d'un abord beaucoup plus aisé mais il est vrai qu'il n'est pas prévu d'y accueillir des touristes! Par contre nous avons pu découvrir le grand aéroport international en construction qui témoigne de la volonté du gouvernement de faire de l'île un des hauts lieux du tourisme

 

Une précision importante: ne vous fiez pas aux sites Internet qui prétendent que le visa n'est pas indispensable pour Phu Quoc et vous donne même la traduction du document officiel qui garantirait l'exemption de visa pour l'île. L'ambassade nous avait affirmé qu'il n'en était rien, que ces informations diffusées sur la toile étaient fausses, nous avions donc du en urgence prendre des visas multi entrées et lors de l'enregistrement à Paris , Air France nous a confirmé que nous n'aurions pu embarquer en l'absence du document que ses agents vérifient consciencieusement avant de délivrer la carte d'embarquement. Par contre il n'est pas impossible qu'existe une tolérance lorsque vous arrivez par la route de Kep a Ha Tien et repartez au Cambodge par la même route puisque des amis l'ont fait (l'île est bien plus proche des côtes cambodgiennes que des côtes vietnamiennes)

 

La découverte du delta du Mékong

P1020321         P1020349

 

 

Nous ne savions exactement quelle route prendre pour nous rendre à Phnom Penh. Nous étions tentés par une remontée du Mékong. En fait il existe des propositions de découverte du delta à des prix extrêmement modiques qui permettent en quatre jours d'aller de Phu Coq à Saïgon en visitant les principales cités , leurs marchés flottants, leurs pagodes etc.

L'organisation de ces quatre jours était extrêmement surprenante pour un occidental : nous n'avions pas un document en papier décrivant le détail du voyage et notre périple s'entrecroisait avec celui d'autres touristes qui avaient choisi des formules différentes d'un, deux ou trois jours et venaient de lieux divers. Mais il n'y a pas eu un seul « loupé »: à chaque fois nous étions attendus parfois par une moto ou un cyclo pousse au bord de la route, le conducteur nous abordait en prononçant de manière approximative notre nom avant de nous conduire à l'hôtel.

A Ha Tien nous avons parcouru la ville et les environs à l'arrière d'un scooter et ma nuque mal protégée (je fais trop confiance à mes chevaux longs qui volent au vent) s'est retrouvé brûlée comme elle ne l'avait jamais été, je soigne toujours le coup de soleil! 

Finalement quatre jours bien sympathiques. Nous avons pu à plusieurs reprises échanger avec des couples de nationalités variées, nous n'avons pas croisé deux fois les mêmes personnes. Seul  mauvais souvenir, la conduite hasardeuse de jeunes scooteristes qui ne respectent pas les piétons et ignorent les passages cloutés ce qui m'a valu d'être bien bousculé par l'un d'entre eux arrivant à contresens et de garder quelques bleus de cette  brutale  rencontre.

                                                                                  

 

         P1020365      P1020392

                                                                                          Fabrique de nouilles de riz dans le delta

Saïgon

 

Le Paris de l'Extrême-Orient?

J'avoue ne pas adhérer à cette thèse des amoureux de la Cochinchine. La vie n'est certes pas dépourvue de quelques lieux plaisants, son quartier routard, ses parcs et son zoo mais comme dans la plupart des villes d'Asie la densité de la circulation rend extrêmement pénible la découverte à pied de la ville et la pollution justifie le port de masques. Certes les taxis sont  confortables(les chauffeurs toujours très corrects et courtois, cela change de Paris) et fort peu onéreux mais ils ne permettent pas à mon sens de sentir la ville et de s'en imprégner. Trois jours sont donc plus que suffisant dans la capitale économique du Vietnam(toutefois il est honnête de préciser que mon avis négatif n'est pas partagé par Élisabeth, beaucoup plus indulgente et qui trouve quelque charme à la cité).

                                                                 

P1020435

 Pour rejoindre le Cambodge nous avons opté pour une liaison terrestre, six heures de car dans de bonnes conditions de confort.

 

Phnom Penh: la belle alanguie 

P1020450

 

 

Les bonzes et les fidèles viennent  rendre un dernier hommage à Norodom  Sihanouk

 

Une belle alanguie qui se réveille en douceur et se laisse découvrir avec plaisir. Et comme je suis un tendre elle sait m'émouvoir . Quelques jours ne permettront pas d'approfondir notre relation, je ne fais que l'effleurer… Elle n'a pourtant rien de spectaculaire, elle n'est pas de ces beautés sculpturales qui s'imposent par leur plastique. Le Palais-Royal, la Grande pagode, le musée pourront vous séduire mais c'est l' atmosphère qui vous enchantera, vous flânerez le long du quai, vous installerez dans un des bars qui  borde le Tonle Sap pour profiter de l'happy hour avant de vous perdre dans les allées de son marché rénové et de vous laisser tenter par la profusion des offres; 

Déjà l'an passé je m'étais laissé séduire et en un an que de progrès !

 Nous y avons retrouvé le deuxième soir None, la fille de Patrick qui y fait ses études et Sophea. Avant de prendre la route de Siem Reap. Nous reviendrons dans quelques jours dans la capitale puisque c'est là que nous avons rendez-vous avec nos enfants avant de partir pour Kep où nous  réveillonnerons ensemble. 

 

Siem Reap

Notre séjour ne fait que commencer dans la cité des temples d'Angkor. Notre première journée a été consacrée à la ferme de soie de Sophea. Si vos pas vous mènent un jour ici ne manquez pas de venir la visiter, je ne sais si vous serez acheteur(euse) des  luxueux produits mais vous ne pouvez éviter de découvrir après les temples et la foule qui s'y presse la sérénité de ce lieu magnifique où en de multiples ateliers plus de 100 ouvriers créent les robes, châles et tenues d'aujourd'hui en s'inspirant des modèles du passé. La show-room ne vous laissera pas insensible et Patrick réalise aujourd'hui en face de l'étang, à l'ombre d'une tonnelle , bar et restaurant(c'est la partie plaisir et amour de ses activités multiples).

.P1020453  pique nique à la ferme

                                                                                              

 A bientôt

Suivez donc le lien"Golden Silk" et vous apprécierez vous-même