itinerance

30 décembre 2016

Géorgie et Arménie

La Géorgie et l'Arménie

 

Il me restait à découvrir la partie occidentale de la Géorgie, l’Iméréthie et l’Adjarie.

 Gori

 Aucun touriste qui prend la route de l'Ouest ne peut ignorer Gori, la ville de Staline où le petit père des peuples est toujours honoré.

J'avais envisagé d'y dormir mais la ville, sans être déplaisante ne présente pas suffisamment d'intérêt pour une longue halte.

Le musée, bien sûr grand monument stalinien, est précédé de la cabane reconstruite où vécue la famille de Staline.

Entrée dans le musée vous êtes accueillie en haut de l'escalier par une grande statue du héros local. Ma visite fut fort brève je m'arrêtais dans le hall puisque les visites étaient guidées et qu'il fallait attendre qu'un groupe se constitue. Je n'avais d'autre part guère envie d'entendre le panégyrique de l'ancien maître de la Russie, tous les gadgets à sa gloire vendue dans la boutique de souvenirs ne laissaient guère de doute sur l'esprit qui régnait dans ce lieu.

Je repris donc un bus pour rejoindre Koutaïssi

 Koutaïssi

 Koutaïssi est la deuxième ville du pays et je m'y suis trouvé bien. J’avais demander au bus de m'arrêter dans le centre de la ville nouvelle alors que l'hôtel que j'avais repéré se trouvait bien sur la vieille ville. Je ne doutais pas de trouver dans un guichet de banque de sympathiques confrères, en fait ce fut de jeunes consœurs qui me renseignèrent, trouvèrent l'hôtel sur une carte et demandèrent à un taxi de m’y mener.

À l'hôtel California l'accueil de la propriétaire fut charmant. Sans me demander le moindre papier elle m'installa dans une belle chambre. Je compris le lendemain la raison de cet accueil lorsque je lui dis vouloir rester plusieurs jours et qu'elle me répondit « vous avez réservé et pouvez donc rester » elle m'avait confondu avec un autre Français, qui heureusement pour moi ne s'était pas présenté.

Les jardins sont nombreux dans les vieux quartiers de la ville, les habitations pittoresques et le climat, presque océanique, agréable. Cette cité est également bien pourvue en restaurant et bars. La vie y est beaucoup moins trépidante que dans la capitale.

La légende voudrait que Koutaïssi ait été la cité de référence de la civilisation colchidienne, peut-être la capitale du roi Eétès, le père de Medée.

Mais c'est la cathédrale de Bagrati qui fait la fierté des habitants… et le désespoir de l'Unesco. Dans sa folie des grandeurs l'ancien président a voulu reconstruire sur les ruines classées de l'ancienne cathédrale un nouvel édifice : une nouvelle coupole, un pan de mur en verre sont venus « embellir »  l'ensemble sans tenir aucun compte des recommandations de l'Unesco etc. la cathédrale a donc été retirée de la liste du patrimoine mondial !

 Tskaltoubo et ses magnifiques grottes

 Située à une demi-heure à peine de Koutaïssi elle était la ville thermale de luxe à l'époque stalinienne. Spécialisée dans ce que l'on appelait la « spéléothérapie ». Les termes et les sanatoriums sont harmonieusement situés dans un grand parc et le tout reste bien entretenu. Mais je suis venu avant tout pour les grottes : je n'ai jamais vu un aussi vaste ensemble souterrain, vous faites quelques kilomètres sous terre environné de stalactites et de stalagmites savamment éclairées. Une promenade dans la fraîcheur de la terre.

 J'ai hésité puis finalement renonc2 à aller voir le monastère de Guélati et le palais royal de Guégouti.

Cette escale en Imméréthie fut l'une des plus agréables de mon séjour géorgien.

Il me restait à découvrir l’Adjarie côtière

 Batoumi

 Voici la station la plus réputée de la mer Noire géorgienne, à immédiate proximité de la frontière turque. Elle a repris vie grâce à une rénovation très kitsch de Saakachvili que l'on peut ne pas apprécier mais qui participe pour les touristes à l'attrait de la ville. Très animée l'été elle est la destination phare des Tbilissiens. J'avoue que sa très longue plage ne m'a pas séduit, elle ressemble trop à celles de la côte roumaine ou bulgare, j'ai préféré me promener dans les ruelles du centre.

Bien sûr vous ne résisterez pas à la tentation, j'ai cédé, de prendre le téléphérique qui monte sur les hauteurs et vous permet d'avoir une vue panoramique de la cité.

Pourtant je ne m'y suis pas attardé et après deux jours ait décidé de rentrer vers la capitale.

Je n'ai pas été assez prudent dans le choix du minibus pour ce long trajet de six heures : le conducteur fumait et malgré mes demandes réitérées ne consentait pas à éteindre sa cigarette, j'ai donc voyagé fenêtre ouverte

 

 

L'Arménie

 David avait négocié pour moi le minibus vers Erevan en spécifiant bien qu'il devait être absolument non-fumeur. Le contrat fut respecté et le chauffeur s'arrêtait pour fumer.

 Disons le tout de suite : j'ai été déçu par l'Arménie. J’arrivais pourtant avec une grande sympathie pour ce peuple victime de génocides, premier royaume à se convertir au christianisme  et terre de vieilles civilisations.

L'Arménie n'occupe qu'une petite part de ses terres historique,  son Peuple est aujourd'hui ethniquement homogène, le pays est très isolé entre des voisins hostiles(la guerre au Haut-Karabakh a repris quelques jours cet été. Cette enclave arménienne en terre Azerbaïdjienne, conquise de haute lutte il y a quelques années est toujours l'objet d'un conflit latent). Dans ce contexte elle a préféré conserver des relations amicales avec la Russie qui entretient toujours une base militaire sur son territoire et s'est rapprochée de l'Iran. Les jeunes de Téhéran viennent d'ailleurs faire la fête le week-end à Erevan !

J'ai été tenté de vous infliger un cours d'histoire, de vous parler de la Cilicie lieu de première migration de ce peuple sur la côte turque où les princes s’allièrent aux croisés pour repousser la menace arabe mais je vous aurais lassé et préfère arriver directement au XIXe siècle lorsque les Arméniens acceptent la tutelle russe de bon gré, tutelle bien moins prégnante que celle de l'empire ottoman. Vous connaissez certainement l'histoire des génocides successifs que subit ce peuple, en particulier après la première guerre mondiale, victime de la frustration et du nationalisme des Turcs entraînés par Atatürk. Aussi la soviétisation apparaîtra-t-elle à beaucoup d'Arméniens comme un moindre mal et explique sans doute encore pourquoi ils expriment toujours de la sympathie pour le grand voisin.

 L'église apostolique d'Arménie

 Premier royaume chrétien du monde l'Arménie possède son église, elle fait aussi partie de son identité. Elle n'est pas rattachée à Rome même si aucune différence théologique n'explique aujourd'hui cette séparation.

Grégoire l’illuminateur converti le roi Tiridat en 301 à la suite de sa guérison miraculeuse. Un roi, une foi, tout le royaume devint chrétien.

le rejet par le clergé arménien des dispositions théologiques adoptées par l'église chrétienne au concile de Chalchédoine  en 451 lui vaut d'être accusé de monophysisme(le débat porte sur la nature du Christ « le Christ est un » dit la tradition mais qui l'emporte de la nature humaine de nature divine ?). En réalité seule l'absence des évêques arméniens empêchés de participer au concile par les conflits locaux explique cette non-acceptation des conclusions du concile, l'ambiguïté dogmatique est levée depuis longtemps mais l'église apostolique autocéphale a préféré conserver son autonomie.

Peut-être connaissez-vous le monastère arménien de l’iîe de San Lazarro dans la lagune de Venise, elle fut donnée à un prêtre arménien converti au catholicisme et fidèle au pape, il y fonda ce monastère qui accueille une dizaine de moines et que vous pouvez toujours visiter.

 Erevan

La ville manque singulièrement de charme à mon sens. Il est vrai que victime de séismes fréquents elle fut reconstruite et ne diffère donc en rien des grandes villes modernes. Ici peu de quartiers anciens, peu de traces du passé.

J'avais choisi de séjourner dans la rue Abovian, à proximité de la grande place de la république. Un tout petit hôtel, quatre chambres, en cours de rénovation et totalement dépourvue de charme. Son seul intérêt était d’être à proximité de toutes les rues commerçante du centre. Le restaurant proche, dans un jardin où vous ne pouviez accéder qu’en empruntant un escalier et en passant par une exposition de peinture vous permettait de bénéficier d'un peu de fraîcheur lorsqu'il n'était pas complet. En remontant vers l'opéra vous arriviez dans un beau jardin entouré de cafés, l'endroit le plus sympathique de la ville pour moi.

Après deux nuits j'ai opté pour un autre hôtel, attiré par la réputation des gorges du fleuve Hrazdan. Le Grand hôtel qui domine les gorges s'est révélé un bon choix. Des chambres confortables, un restaurant sous les arbres face à la piscine, son seul inconvénient était d'être très excentré et qu'il faille pour le rejoindre une longue marche dans la ville, marche qui me permit toutefois de découvrir des lieux où je ne serai jamais passé et en particulier l'église « Sourp Hovannes ».

Les bords du fleuve tant vanté permettent sur leurs deux rives de longues promenades, par contre les petits restaurants m’ont déçu. En marchant beaucoup   vous finirez par découvrir une gargote , apprécierez son vin mais n'aurez guère  le choix.

J'avais visité à proximité de l'église Sourp Sarkis un Bunkhouse fort bien situé sur les hauteurs des gorges mais j'ai finalement renoncé à y dormir même s'il semblait que j'en sois le seul client potentiel .

Erevan recèle un joyau: l’institut des manuscrits anciens.

 Le Matenadaran,

 C'est la visite que vous ne pouvez manquer. Il abrite un patrimoine inestimable constitué de milliers de manuscrits enluminés. Ils sont précieusement conservés. Quelques 16000 livres et documents diplomatiques plus récents.. Le livre est sacré(« pour le sot, le manuscrit n'a nulle valeur, pour le sage, Il a le prix du monde ») et l'objet d'un art pictural perpétué par les copistes médiévaux guidés par cette conviction « cette main redeviendra poussière, le livre écrit perpétuera son souvenir»

La sauvegarde de tous ces documents pendant les massacres a donné lieu à bien des  actes d'héroïsme.

 La diaspora

 Vous entendrez souvent par les Français à Erevan, dans la rue, dans les restaurants nos compatriotes sont nombreux. À plusieurs reprises engager la conversation, en particulier dans mon deuxième hôtel vous séjournez plusieurs familles française, tous mes interlocuteurs était d'ascendance arménienne et venaient retrouver leurs racines. La diaspora constitue l'essentiel du tourisme en Arménie.

 Les visites

 Comme en Géorgie le meilleur moyen de visiter ce petit pays consiste à prendre chaque matin un minibus à Erevan. C'est ce que je fis à trois reprises renonçant à séjourner dans d'autres lieux.

J'avais initialement prévu de rester deux ou trois jours au bord du grand lac Sevan réputé d'une beauté exceptionnelle. Il est dépourvu d’infrastructures susceptible de me séduire pour un séjour. Peut-être n'ai-je pas été assez patient pour les découvrir.

Au bout de la presqu'île de Sevan et dominant le lac la visite des deux églises est incontournable mais c'est une constante je ne verrai qu’églises et monastères au cours de ces trois jours.

Je renoncerai à les énumérer et à vous les décrire, beaucoup se ressemblent, par contre il en existe aussi de magnifiques situés dans des sites grandioses, entourés de montagnes, bien protégés, les moines savaient choisir leur lieu de résidence et de prière !

 Le Vatican arménien : Etchmiadzin

Située au cœur d'une plaine agricole à proximité du mont Ararat c'est la ville des Arméniens. Centre de pèlerinage, c'est là que bat depuis le cinquième siècle le cœur de la chrétienté arménienne..

Les églises sont nombreuses. En arrivant la première est celle de sainte Hripsimée qui après avoir fui les avances de Dioclétien refusa celle du roi pas encore converti et choisit le martyre, fallait-il qu'il soit laid Tiridate III ! Construite suivant le plan de la Croix cette église résume les grands principes architecturaux arméniens, elle servira de modèle à de nombreux édifices religieux.

Le Saint-Siège situé au cœur de la cité, l’enceinte du monastère enserre la cathédrale les deux palais du catholicos.

 La cathédrale

 Elle était malheureusement en cours de rénovation lors de mon passage et entourée d'échafaudages. Détruite et restaurée à plusieurs reprises elle doit son aspect actuel aux travaux effectués au XVIIe siècle : la coupole centrale, très ouvragée, parcourue d'une élégante arcature en ogives torsadées a été élevée en 1627. Mais le trésor conservé au sein d'une aile de la cathédrale constitue le clou de la visite. Les reliques sont nombreuses et bien sûres authentiques, qui oserait en douter à l'ombre du mont Ararat où se posa l'arche de Noé ?

Vous pourrez y voir la lance de la passion, celle dont la pointe a transpercé le Christ, elle fut apportée de Jérusalem par l'apôtre Thadée, la main de saint Grégoire l’illuminateur, un fragment d'une planche de l’arche de Noé dans un cadre d'argent doré, un morceau de crâne de la Sainte et martyre Hripsimée et j'en oublie certainement.

 Quand vous sortirez en état de grâce de l'enceinte n’oubliez pas de contempler le mont Ararat,  son sommet enneigé sera peut-être ceint de nuages mais sa Majesté vous impressionnera…

 Sur le chemin du retour vers Erevan un dernier arrêt que vous ne regretterez pas : la cathédrale de Zvartnots, les ruines de cette église en forme de rotonde laisse imaginer ce qu'elle fut au temps de sa splendeur.

 

 

 

 

 

Posté par lochossian à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


La Géorgie

La Géorgie

 

Tbilissi

 Six mois déjà. .. me sépare du retour de Géorgie il se peut que ma mémoire ne soit pas très fidèle. Je rêvais d'un voyage dans le Caucase et me souvenais de cette soirée organisée par Philippe où nous dînions ensemble avec l'ambassadeur de Géorgie. Nous nous étions perdus de vue depuis quelques années mais ne doutais pas qu'il conservait des relations avec ce pays qu'il affectionnait. Bien m’en pris : il me mit en contact avec David, jeune arménien qu'il avait connu lors d'un séjour en France aussitôt après la chute du communisme et avec qui il avait noué des relations quasi filiales.

David se met en quatre pour m'aider et rendre mon séjour aussi agréable que possible. Il  vint m'accueillir à l'aéroport de Tbilissi à quatre heures du matin le jour de mon arrivée. Il m’amena à mon hôtel dans le centre de la vieille ville où je laissais mon sac à dos mais fut fort surpris d'apprendre que je n'avais réservé que pour la nuit qui venait et que je préférais passer cette fin de nuit dans les rues de cette ville que je ne connaissais pas encore.

 Le soleil sur la place Méidan

 J'attendis le lever du soleil à la terrasse du café qui domine la place, face au vieux pont et au quartier arménien de l'autre rive du fleuve, la Koura, qui traverse la ville.

Les premières heures furent donc consacrées à la découverte matinale et solitaire du centre de la vieille ville  et très vite je tombais sous le charme de cette perle du Caucase, cité cosmopolite à la confluence de diverses civilisations, riche des traditions des peuples qui s'y succédèrent. Il serait trop long d’ en retracer l'histoire. Au centre de réseaux commerciaux grecs et romains, convoités par les grands empires d'autrefois elle fut perse sous les sassanides avant d'être arabe au huitième siècle mais c'est le roi David qui en fit la capitale de son royaume chrétien et elle connut son apogée sous la grande reine Tamar.

Sous l’empire russe elle devint au 19e le centre impérial de la Transcaucasie. Peuplée alors essentiellement d'Arméniens elle est aussi un important centre kurde, grec et russe.

Elle conserve aujourd'hui toutes les marques de cette riche histoire : les bains arabes, le grand quartier arménien d’Avlabari et les Champs-Élysées, l'avenue Roustaveli à l'empreinte russe très marquée, véritable centre culturel du pays.

 Églises, cathédrales, synagogues et mosquées

 L'orthodoxie fait partie de l'identité nationale et le discours officiel laisse penser que toutes les religions présentes vivent en bonne intelligence. Il est vrai que le quartier des bains essentiellement musulmans possède sa mosquée, la belle et vaste synagogue de la rue Léssélidzé(je séjournerai la plupart du temps dans ou aux alentours immédiats de cette vieille rue sympathique) pourrait témoigner d'une grande tolérance de cultse différents de la religion dominante.

Pourtant quelques signes m’ont amené à relativiser : la grande cathédrale arménienne de la même rue reste fermée pour des raisons de… sécurité. Visiblement il y a moins de tolérance vis-à-vis de l'église apostolique d'Arménie que vis-à-vis d'autres cultes(nombre de ses églises ont d'ailleurs été transformés en églises orthodoxes) et le lieu choisi pour construire l'immense cathédrale nationale « Tsimda Saméba » sur la colline au cœur du quartier arménien est significatif.

Mais prenons plaisir à déambuler dans les rues piétonnes de la vieille cité:Bambis Rigui,Chardin et Sioni où vous découvrirez l’ancienne cathédrale et son musée. Allez ensuite déjeuner sur l'une des terrasses de la rue « des restaurants » : j'y ai pris mes habitudes et vous me trouverez midi et soir dégustant quelques plats locaux, les serveurs connaissent maintenant mes plats  préférés (champignons poêlés, lobio, odjakhouri)

Globalement je passerai une dizaine de jours dans la ville dans divers hôtels. J'ai préféré l'appartement  loué par Marie sur la vieille rue puis la chambre chez sa sœur à proximité, tous les deux parfaitement indépendants et de grande qualité. J'ai par contre peu apprécié mes 3 nuits dans un hôtel du quartier arménien, en face du palais présidentiel , dépourvu de toute vie nocturne. Je le rejoignais en passant sur le curieux pont de verre qui surplombe la Koura puis les escaliers qui permettaient de monter jusqu’au quartier

Conçu par l'ancien président Mikheïl Saakachvili ce pont est assez joli et témoingne de son goût pour une architecture à base de verre et d'acier que nous retrouverons dans nombre d'immeubles construits sous son règne.

Puisque j'en parle, quelques mots sur la vie politique de la Géorgie

 Le rêve géorgien

 J'avais suivi l'émergence de la mouvance nationaliste autour des Gamsakhourdia père et fils,ce dernier sombra dans la folie chauvine et se révéla fort médiocre président. Lui succéda l’ère de Chevardnadzé, ancien ministre des affaires étrangères russe et homme pondéré.

 En 2004 après la révolution des roses vint le temps de Saakachvili, revenu des États-Unis et très marqué par la culture américaine il entreprit d'abord des réformes indispensables pour redresser le pays. La Géorgie restait marquée par les stigmates de l'époque soviétique, entrepris de grands travaux qui en changèrent le visage. Il régla sans effusion de sang le sort de la république autonome d’Adzharie(autour de Batoumi) mais restait deux épines : l'Ossétie du Sud et l’Abkhazie, province séparatiste d'obédience russe.

Au fil des années la mégalomanie du président lui aliéna une bonne partie de la population et il se laissera entraîner dans un conflit mortel avec l'Ossétie. Je n'ai jamais compris pourquoi il avait attaqué ce territoire défendu par les troupes russes. Son armée défaite,il ne s'en relèvera pas. Son parti sera battu aux législatives de 2013 (et Raphaël Glucksmann son conseiller revient en France et jouer son BHL)le pouvoir revient alors au « rêve géorgien » d’Ivanichvili , parti qui vient de se voir conforter aux dernières élections.

PS : Il vient actuellement de démissionner du poste de gouverneur d’Odessa en Ukraine dont il possède aussi la nationalité

 La ville

Je l'ai parcouru pendant de très longues promenades, prenant le téléphérique pour monter jusqu'au fort, parcourant le quartier musulman, traversant la rivière pour découvrir le quartier Plékanov où domine l'art nouveau le néoclassicisme russe, m'aventurant jusqu'à Vera et Vaké. Mais après la vieille ville j’ai surtout apprécié.

l’avenue Roustaveli, ses grands trottoirs, ses cafés et restaurants, théâtres et musées, en particulier celui des Beaux-Arts qui expose les œuvres de Pirosmani, le naïf géorgien qui échangeait ses décorations, les enseignes qu'il peignait  contre un repas, il dormait dans les caves avec pour seul bien ses pinceaux. J'ai aimé ses tableaux, beaux, originaux.

 La découverte du pays

 La meilleure solution consiste à prendre des excursions journalières au départ de la capitale(sauf pour la partie ouest trop éloigné). Pour un prix très réduit de petits cars confortables partent  tous les jours de la vieille ville.

 David Goredja

 J'ai commencé par les monastères troglodytiques de David Goredja, à la frontière de l’Azerbaïdjan, Dernier bastion de la chrétienté perdu dans les monts désertiques au sud de la Kakhétie. Plusieurs fois ravagée ils furent un grand centre de savoir possédant école de peinture murale, académie de traduction de livres saints et école de philosophie. Ils ont été aujourd'hui bien restaurés mais je ne verrai que le plus facile d'accès. J'ai renoncé à suivre le groupe qui s'aventurait sur le chemin très pentu, glissant ou à chaque pas je manquai de m'étaler et je craignais surtout le retour ! Je retournais donc  attendre les compagnons de voyage dans le minibus et ne fit pas comme l'Américain que nous avons vainement attendu avant de comprendre qu'il avait pris  taxi pour le restaurant éloigné d'une dizaine de kilomètres.

Étonnant restaurant ou plutôt petite gargote, je fus étonné d'entendre les chansons de Brassens : elle était tenue par un couple de polonais francophone venu s'installer ici, dans ce relais perdu à la frontière azérie.

 Toujours dans la même province  je conseille également une halte à Tsinandali où le palais des princes Tchavtchavadze(le plus célèbre Alexandre, poète et grand général du 19e) a été superbement rénové, vous pourrez aussi y déguster l'un des excellents crus de la propriété.

 Mtskhéta

 Proche de Tbilissi elle ne nécessite pas une excursion, c'est David qu'il m’y amena et réussi à me trouver une guide francophone(en réalité il connaissait certainement aussi bien qu'elle les trésors de l'église)

Cette petite cité est la capitale spirituelle de la Géorgie. Elle est dominé par le monastère de Djvari sur la falaise où sainte  Nino aurait  plantée une croix de vigne, première marque de chrétienté en territoire alors païen.

La cathédrale de Svetitskhoveli, la deuxième en importance du pays, reste le monument le plus visité. Elle est entourée de fortifications de briques et son apparence est unique avec sa pierre jaune sablonneuse et sa coupole en pierre verte. Je renonce à vous en décrire l'intérieur et les multiples légendes qui l’accompagne.

 Le mont Kazbek

 je voulais prendre la route militaire du Grand Caucase vers la frontière minérale qui sépare la Géorgie de la Russie, longue route montagnarde qui mène à un col bloqué par éboulement un  lors de mon séjour, incident qui entraîna des kilomètres de queue de camion ne pouvant franchir la frontière. Impressionnant.

La petite ville de Khazbéguii  est surtout connue pour l'église de la Sainte Trinité(je renonce à l'écrire en géorgien), perchée sur son piton au pied du mont. Il faut l'atteindre ! Pour cela vous devez quitter le minibus et prendre pendant sept à 8 km un 4x4 pour affronter un redoutable chemin de pierre où se croisent sans cesse les véhicules qui montent ou descendent. Il faut toute l'habileté les chauffeurs pour éviter de chavirer.

Beaucoup de routes pour ce périple mais je dois reconnaître que la vision offerte du site de la chapelle  sur la vallée et les monts est extraordinaire.

 La gorge de Bordjomi et Vardzia

 Vardzia

 C'est le site, celui qu'il faut voir, la ville troglodytique de la reine Tamar perdue dans le canyon de la Koura, le plus étonnant du pays. Grandiose, conçu pour contrôler la frontière avec le pays turc. La cité se développa  sur 13 étages habités avec l'église de l’Assomption en son centre. C'est un entrelac de tunnels, de passages souterrains et d'escaliers reliés de manière complexe ou deux de mes compagnons de voyage, venu pour un long week-end d’Oman me proposait régulièrement le secours de leurs épaules craignant que le senior français ne se casse la figure dans les pentes glissantes et mal éclairées.

 Bordjomi

 C'était, et c'est encore la ville de cure apprécié des Russes. Deux jeune femme russes de notre groupe disaient combien Il avait été difficile pour elles de se priver de cette eau pendant le récent conflit qui entraîna un boycott des produits géorgiens en Russie. Il est vrai qu'elle est excellente pris à La fontaine dans le parc et que si son effet est aussi remarquable qu'on le dit sur les brûlures  d’estomac j'y ferais volontiers une cure. Ce fut un soldat russe en 1829 qui permit dans découvrir l'efficacité : après avoir bu pendant quelques jours cette eau ses terribles douleurs disparurent.

La ville par elle-même a conservé un certain charme, celui des villes d'eau anciennes.

 

PS : sur la route pour rejoindre les gorges nous passons à proximité d’Akhaltsikhé ville d'origine de la famille Aznavour(ian), c'est une partie de la Géorgie où la population arménienne est nombreuse.

 

 

 

Posté par lochossian à 16:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2016

L'Écosse : quelques photos

monastere Ipad_1410Monastere Ipad

monastere Ipad_1404Monastere Ipad

Lofoten 1_743Lofoten1 au sud de Gairloch

Lofoten 1_751Lofoten1


Lofoten 1_735Lofoten1 le loch Rannoch

Posté par lochossian à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Gare de Corrour
monastere Ipad_1397Monastere Ipad

monastere Ipad_2043Monastere Ipad

monastere Ipad_2054Monastere IpadLa boutique du oui  à l'indépendance à Fort William

monastere Ipad_2049Monastere Ipad une plage à proximité de Sheigra

monastere Ipad_2055Monastere Ipad

 L'ancien Bunkhouse entre les voies à Corrour vient d'être rénové

monastere Ipad_2062Monastere Ipadmonastere Ipad_2060Monastere Ipad l'auberge de jeunesse et la mère Aub

monastere Ipad_2064Monastere Ipad les rues de Glasgow

monastere Ipad_2061Monastere Ipad le loch Ossian

monastere Ipad_2059Monastere Ipad

Posté par lochossian à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Loch Ossian ,la West Higland Raiways,Glasgow

Le loch Ossian

Une station de chemin de fer sépare Roy Bridge de Corrour. Le train seul vous permet d'accéder au Loch à moins que vous ne préfériez la marche dans les Highlands. Certes à force de patience et de cartes IGN vous pourriez repérer le chemin qui sur la A86 peu avant le loch Laggan bifurque dans la forêt, serpente dans les bois et vous mène après une vingtaine de kilomètres à Corrour Estate, à l'une des extrémités du loch. Pas la moindre indication. La jeune héritière qui gère le vaste domaine et l’exploite d'une main de fer veille à ce que les manants ne l'envahissent pas.

 

Je dois à Marie-Claire Bancquart ma découverte de ce lieu.

Jeune enseignante à l'époque où nous étions en propédeutique lettre elle nous initiait au nouveau roman. L'un de ses maîtres, brestois de Lambézellec, Alain Robbe-Grillet m'apparaissait fort ennuyeux, je ne pris guère plus de plaisir à lire Claude Simon, Nathalie Sarraute et les quelques auteurs qui figuraient au programme. Ce fut un autre thème qu'elle développa qui suscita mon intérêt : les « supercheries » littéraires du 18e. C'est ainsi que je découvris McPherson et les poèmes ossianiques.

Quel contraste avec nos petits maîtres littérateurs, Les chants sauvages de ce barde du troisième siècle m’intriguent et me séduisent : couleurs fortes, touches sombres, génie brut du monde celte. La proximité des peuples bretons et écossais n'est certainement pas étrangère à cet attrait.

Je voulus donc connaître les lieux d'inspiration ou que j'imaginais tel de ses poèmes. Il y a quelques dizaines d'années j'ai débarqué à Corrour, une gare perdue dans les Landes, seul moyen d'accès simple au Loch. De gare elle ne conserve  que le nom puisque ses bâtiments ont été transformés en beds and breakfast, fort onéreux actuellement. Il est loin le temps où nous dormions dans le bunkhouse surmonté de la tour de contrôle transformé en petite salle à manger entre les voies. Je préfère séjourner dans l'auberge de jeunesse, à une dizaine de minutes, au bord du loch. Il n'est pas très grand et le tour s'effectue en 4-5 heures. Le père ou la mère Aub  gens étonnants, amoureux de solitude vivent toute l'année dans ce lieu au confort modeste et restent réticents aux symboles de la modernité, préfèrent la petite éolienne , redoutent d’être contraint de rejoindre le réseau électrique qui arrive désormais à proximité. Seuls les trois ou quatre jours d'hiver où la neige bloque tout accès font un peu peur à Liz( elle parle fort bien le français) ,elle m’invita récemment à rentrer déjeuner à l'abri, prenant en pitié le marcheur qui se contentait de sandwich sur un banc. Elle devinait trouver une oreille attentive à ses propos sévères sur l'héritière et l’âpreté au gain de la jeune aristocrate .Elle s'est installée dans l'auberge il y a quatre ans , succédant à celui qui fut le maître des lieux pendant de longues années.

Avec lui la sympathie avait été immédiate : apprenant que je venais de Bretagne il m'avait montré dans un livre illustré  une photo des rochers sculptés de Rotheneuf. Je n'en avais jamais entendu parler. À mon retour profitant d'une réunion à Saint-Malo je suis allé photographier toutes les œuvres de ce curé un peu fou. Au mois de novembre suivant entre deux trains(ils sont peu nombreux, trois par jour) je suis passé les lui remettre. Il neigeait et l'ami écossais doutait de ma venue mais avait préparé une bouteille de whisky que nous avons apprécié au coin du feu.

Pour vous l'intérêt majeur sera évidemment la marche autour du loch, le sentier bordé de rhododendrons, de bois de pin où vous pourrez cueillir des pieds de mouton. À l'extrémité opposée à l'auberge de jeunesse il existe quelques gîtes et une sorte d'hôtel étrange où vous n’espérez obtenir une chambre : il vous faudrait connaître les codes et règles qui en régissent l'accès.

De Corrour des chemins peuvent vous permettre de rejoindre Spean Bridge et Fort Williams ou dans l'autre sens Rannoch. Faites-le au moins une fois, si vous ne craignez pas d'avoir les pieds trempés en passant au travers des collines et de quelques zones tourbeuses, ce n'est pas très difficile.

 

Rejoindre Glasgow

 

La West Higlands Railways

 La voie de chemin de fer qu'il faut prendre pour découvrir les Higlands. Je recommande toujours ce trajet et le pratique régulièrement. Récemment bien qu'en camping-car(et la route est beaucoup plus rapide) j'ai fait un aller-retour Fort William-Glasgow dans la journée. Si vous le prenez un week-end ,réservez. Les Écossais aussi l'aiment. Ce train, lent, vous permettra d'apprécier le cœur des  highlands et si vous arrivez le soir de Glasgow vous verrez les cerfs, les biches et chevreuils venir s'abreuver dans les ruisseaux. Magnifique. Vous pourrez déjeuner sur l’une des tables et apprécierez d'autant mieux le voyage que vous l'effectuerez à un moment où les voyageurs sont peu nombreux. Prenez la précaution d'acheter du saumon, de vous munir d'assiettes et de couverts(si vous oubliez vous pourrez toujours recourir au bar ambulant), une bouteille de prosseco sera la bienvenue pour marier l'Écosse et l’Italie. Le Morrisson de la gare de FW est fort bien achalandé. Vous prendrez le café dans le train : pour que le service perdure il faut le faire vivre !

 

La West Higland Way

C'est le chemin emblématique des marcheurs. Il démarre à Mingavie, un peu au nord de Glasgow et monte à Fort Williams. Il faut normalement une semaine pour le parcourir, un service permet de transporter vos sacs d'une halte à l'autre. C'est bien sûr ce que j'avais choisi lorsque j'avais tenté cette marche. À ma grande confusion je dois avouer que j'avais très vite calé et je n'avais pourtant rien sur le dos. Le deuxième jour un peu après Balmaha, avant d'arriver à Rowardennan la camionnette qui transportait mon sac à dos à récupérer un marcheur boitillant. Le conducteur m'a prêté une genouillère et le lendemain je suis reparti après une soirée dans la très belle auberge de jeunesse qui borde le loch Lomond. Sans doute la plus belle d’Écosse. J'ai fait 10 km avant de renoncer, de prendre un bac pour rejoindre l'autre rive puis de me résigner à faire la route en bus pour rejoindre Les haltes initialement prévues. Je ne suis pas certain d'avoir dit toute la vérité à mon retour.

 Quelques années après Morvan et Anne-Gaëlle l'ont fait avec leur sac à dos, il est vrai que Morvan devait en fin de parcours porter les deux sacs et qu'il a une trentaine d'années de moins que moi...

Depuis j'ai choisi le confort de l'hôtel de Rowardennan au bord du loch où nous séjournons régulièrement en novembre et me contente d'aller-retour pédestre entre Balmaha et l'hôtel. Un très joli parcours d'un peu plus de 20 km A/R .

 

Le loch Lomond

Sa réputation n'est pas usurpée, lors de mes courts séjours en Écosse je partageais mon temps entre Cannich et Rowardennan, aujourd'hui je n'ai plus de contraintes de temps et séjourne de plus en plus longuement. Lors d'un premier voyage écossais vous serez certainement séduit par la beauté envoûtante du loch et des forêts environnantes. Mais allez-y hors saison. Cette année j'y suis arrivé lors du premier week-end ensoleillé de mai : la foule s'y pressait je n'ai même pas pu m'arrêter sur l'immense parking de Balmaha, bondé, alors que je souhaitais déjeuner à l’Oak inn, il en allait de même des quelques parkings du bord du loch, l'hôtel bien sûr était plein et le camping n’offrait de places qu'en arrière-plan. J'y suis resté une seule nuit. J'y retournerai en novembre !

 

Glasgow et l’Ayr

Sans doute ne serez vous pas séduit par Glasgow comme vous avez pu l'être par Édimbourg, c'est la vraie capitale  des écossais et non celles de leurs veuves(désolé pour ceux qui n'ont pas travaillé dans la finance et ne connaissent pas les veuves écossaises), moins cosmopolite c'est la ville des prolétaires, des ouvriers qui revendiquent pleinement leur identité, ville plus rude et moins léchée mais non dépourvue d'un certain charme. Dynamique elle se réhabilite et se rénove rapidement, les musées fleurissent. Vous trouverez facilement un hôtel dans le nouveau quartier, de l'autre côté du fleuve, le centre est facile d'accès à pied et vous pourrez vous y garer sans difficulté (l'Ibis budget possède un grand parking), n’optez pas pour l'Eurohôtel, souvent conseillé, à proximité de la gare centrale, le confort est très médiocre.

 En réalité j’y séjourne moins souvent qu’à  Édimbourg ,essentiellement quand j'ai décidé de prendre le train pour le Nord.

Malcom Mackay saura vous initiez au côté sombre de la ville

 

Dumfries et Galloway

Lors de mon récent séjour j'ai décidé de ne pas redescendre rapidement dans le sud et de visiter la région de Dumfries et Galloway et pris la route côtière. J'ai découvert des petits ports que je ne connaissais pas ou mal pour y être passé trop rapidement. Certes ils ne peuvent rivaliser avec les Highlands mais justifient quelques jours de visites, je recommande en particulier Kirkcudbright, petite ville musée  qui réserve bon accueil au camping-car sur son parking en face du port.

 

Au terme de ce journal je ne vous aurai bien sûr pas tout dit, pas aborder les îles, peu la côte est, guère l’intérieur il vous faut maintenant parcourir l'Écosse et la découvrir vous-même.

Quelques photos devraient suivre 

Kenavo

 

Posté par lochossian à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 juin 2016

La côte nord-ouest de l'Écosse

Nous nous étions arrêtés à Durness. Si le temps se prête à la baignade passez donc par Sandwood bay. À 20 km sur la route du sud prenez la petite route de Sheigra, maintenant un parking aménagé vous accueille avant que vous ne preniez le chemin de la plage, ennuyeux dit le guide du routard qui n'a pas connu l'époque héroïque où il fallait passer par les tourbières, emprunter  un chemin caillouteux avant de déboucher sur les falaises qui dominent la baie. Merveilleux. Une longue langue de sable coupée par une rivière que l'on peut traverser à pied pour les courageux qui voudraient se diriger vers le cap Wrath. Je l'avais fait découvrir à Marcel et Thérèse au terme d’un parcours de 7 km qui n'avait rien d'évident pour mon vieil ami.

À Kinlochbervie , petit port de pêche mais grandes installations, peut-être croiserez vous des pêcheurs bretons venus débarquer leur cargaison que viennent charger les camions avant qu'ils ne repartent vers le nord.

 

Ullapool

Découvrez Scourie,Kylesku,le loch Assynt par contre il est inutile de faire le détour par Lochinver même si la route pour y accéder n'est pas déplaisante. Je vous conseillerais volontiers de rejoindre directement Ullapool, le camping face à la mer est agréable mais vous pourrez aussi choisir de séjourner à l'hôtel « Bestspoke » le plus grand, confortable et qui pratique souvent des prix tout à fait convenables. Au fish and chips recommandé par le guide du routard je préfère le poisson des restaurants du bord de mer. De la vous pouvez embarquer vers les îles Lewis et Harris ; n’abordez ces îles tempétueuses, rudes où la tourbe ne sert pas qu’à colorer le whisky sans avoir lu Peter May, sa trilogie vous permettra de pénétrer  l’âme des îliens. L’île des chasseurs d'oiseaux ou l'homme de Lewis. Peter May sait bâtir les intrigues, mais pourquoi donc s'est-il aventuré en Chine, ses romans écossais sont d'une autre envergure, je lui dois aussi de mieux apprécier aujourd'hui le vin de Gaillac(meurtre dans le vignoble). C'est la, sur un parking où je m’étais installé confortablement pour déjeuner avant d'effectuer une marche dans les monts alentours que mes conseils furent sollicités par une personne qui devina très vite que l'anglais n'était pas ma langue maternelle mais Pierre Brocchi préferait aussi s'exprimer en français. Avec Andine, sa femme, il découvrait l'Écosse à la recherche de thèmes pour ses prochains ouvrages. Prof de sport en retraite il se passionne pour l'écriture de policiers sur le thème des danses macabres,(je viens de lui expédier les photos des peintures de la belle église de Kernascleden qu’il ne connaissait pas). Nous avons sympathisé et nous sommes ensuite retrouvés au bord du loch Ewe.

 Comme j'ai mes habitudes je prends ensuite la route de Gairloch et vous suggère la visite d’Inverewe Garden, étonnant ce jardin, ces fleurs , ces arbres à cette latitude. Il fut détruit par une tempête il y a quelques années mais est à nouveau ouvert au public. Les camping-caristes pourront bifurquer à droite à Poolewe et rejoindre le lieu aménagé à leur attention à une dizaine de kilomètres de la au bord du loch. Vous pouvez préférer après avoir traversé Gairloch aller dormir dans le phare de Rua Reidh, la route pour y accéder est extrêmement étroite, vous arrivez dans un bout du monde mais les deux haltes que je viens de citer ne sont pas celles que je privilégie : il existe à une dizaine de kilomètres au sud en prenant un petit chemin à droite un beau site aménagé en face d'un petit loch doté, comme souvent en Écosse, des éléments indispensables au confort du voyageur. Parfaitement calme le soir personne ne viendra troubler votre sérénité.

 

Applecross

 Mais peut-être n'êtes-vous pas retraité et il vous faut donc avancer alors que je me perds dans les détails.

 J'aurais aimé pouvoir vous orienter maintenant vers quelques sites à l'intérieur des Highands, je vais me contenter de suivre la côte. Tentez donc un détour vers Applecross après être passé à Torridon, le pub est agréable lorsque je ne m'y attarde pas trop longtemps je fais aussi quelques balades à pied dans les environs. La dernière fois un Écossais compatissant m'a ramené trempeéalors que je m'étais aventuré un peu trop loin. Par contre je vous déconseille vivement de prendre la route qui peut sembler la plus directe pour rejoindre Lochcarron : elle passe par la montagne et se révèle difficile et dangereuse, refaite le tour pour rejoindre Kyle of Lochalsh. Certains d'entre vous se laisseront tentés par Skye, je ne suis pas un fan de l’ile, tous les  guides vous en parleront, je les laisse faire. Je peux vous suggérer à Kyle de prendre le train pour Inverness si vous n’êtes pas motorisé : la première fois où je l’ai pris en hiver j'ai été émerveillé, les cerfs et les biches sortaient des bois et regardaient le train, tables et lumières tamisées, vitesse réduite, arrêts nombreux dans les campagnes, proximité de la rivière contribuent à rendre l'atmosphère irréelle sans même avoir goûté au whisky que propose le vendeur ambulant.

 Mais cette fois vous rejoindrez directement Fort William.

 Avant pourtant de vous proposer la visite de cette ville que j'aime beaucoup, allez donc comprendre pourquoi , en réalité elle n'a aucun caractère j'aimerais que vous fassiez un détour par Mallaig, non pas pour la ville elle-même d’intérêt limité, mais pour la route qui ensuite descend le long de la côte vers la presqu'île d’Ardnamurchan, les courageux à Salen prendront la direction de Kilchoan à moins qu'ils ne s'arrêtent dans l'un de ces lieux où il fait bon passer la soirée au bord du loch Sunnart .Vous reviendrez par Strontian, et puisque je n'ose vous suggérer la route de Lochaline pour passer sur l’île de Mull vous arriverez enfin à Fort Willam.

 

Fort Williams

Cette ville de garnison à quelque chose, sa longue rue piétonne bordée de magasins ,de bars m’est toujours apparue sympathique. C'est là que se retrouvent les marcheurs et les Écossais des villages voisins(c'est la seule « grande » ville de la région) pour faire la fête et le week-end il faut bien choisir son hôtel ! Il y a quelques années alors que j'avais mes habitudes à l'hôtel Ossian (bien sûr) il me fut fortement déconseillé d'y passer la nuit, l'hôtelier à la vue de mes cheveux blancs estimait que je n'avais plus l'âge de passer une nuit blanche alors qu'il organisait dans le bar une soirée musicale. Le Travellodge voisin est mieux insonorisé. Je vais maintenant dormir à Roybridge où le camping loue aussi des bungalows ou de petites huttes, le couple de propriétaires me réserve toujours un accueil chaleureux. Le train s'y arrête c'est aussi un atout.

Avant de vous parler d'Ossian, j'y arriverai quand même, il vous faire un détour par Oban, ne ratez pas ce port, la petite ville est bien plus agréable que Mallaig. Au bout du quai vous dégusterez d'excellents fruits de mer servit copieusement à l'extérieur(n'oubliez quand même pas de vous munir auparavant d'une bouteille de vin blanc, ils ne vous serviront pas à boire si j'ai bonne mémoire)

 

Retournons à Fort Williams prendre le train pour Corrour.

La West Higlands Railways je vous en reparlerais mais d'abord Ossian.

Très prochainement

 

 

 

Posté par lochossian à 09:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2016

L'Écosse

Pourquoi ai-je tant de difficultés à parler de l'Écosse ?

Depuis plus de 50 ans je sillonne les Highlands sans jamais pouvoir écrire sur ces lieux que j'affectionne . Sans doute par crainte de ne savoir les décrire et de ne pouvoir  vous faire partager mes émotions et cette passion qui ne se dément pas.

Aussi je me hasarderai peu à commenter paysages, collines, monts et Lochs et me contenterai de vous donner quelques repères sur les lieux où vous ne manquerez pas de me rencontrer un jour ou l'autre, la fréquentation des pubs pourrait faciliter cette rencontre.

Bien sûr il faut commencer par Édimbourg, Glasgow pourtant n'est pas dépourvue d'attrait mais cette ville plébéienne, capital du Scottish exit séduit moins les voyageurs occasionnels.

Édimbourg est un concentré d'histoire. Il faut commencer par Old Town et prendre votre première bière sur Grassmarket, cette place au pied du château, qui fut le lieu de nombre de pendaisons dans le passé. Vous y croiserez en décembre les étudiants en T-shirts réchauffés par l'ambiance. De la les escaliers vous mèneront à « The Castle » puis vous descendrez le Royal Mile jusqu'au parc du nouveau château,le palace d’Holyroodhouse en passant devant le Parlement d'Écosse, une belle bâtisse originale conçue par un architecte catalan, symbole d'un début de souveraineté que les Écossais ne désespèrent pas de conquérir pleinement.

S'il vous faut voir un musée le national muséum of Scotland est le plus remarquable, consacrez une journée à ce lieu baroque où se mélange histoire naturelle, histoire des sciences, ethnographie, géologie : je fus déconcerté lors de ma première visite par cette juxtaposition de thèmes où je passais des expositions sur les cultures du monde découvertes par les explorateurs écossais à la formation géologique de l'Écosse d'aujourd'hui et à l'histoire des peuples qui l’ont bâtie.

Avant de partir le soir sur les traces de John Rebus faite une halte à la Scottish national Gallery, au bout de Princes Street, à proximité du pont qui rejoint les deux rives de la vallée. Vous passerez également devant le monument de Walter Scott avant d'entrer vraiment dans New Town. Les fidèles de Ian Ranklin se retrouvent à l'Oxford bar, petit pub à l'ancienne, dans une rue tranquille, où il ne faut pas tenter de pénétrer le week-end, nous sommes trop nombreux maintenant à l'avoir découvert . En fin de soirée vous suivrez les pas chancelants de John vers Leith, et peut-être même serez-vous amenés à le guider en descendant le Leith Walk pour rejoindre le Pier Bar, tant sa mémoire est actuellement défaillante. Ne craigniez rien le quartier du port n'est plus ce lieu mal famé d'autrefois.

Pour séjourner à Édimbourg vous avez deux options à mon sens : soit à Leith si vous êtes motorisés le Premier Inn vous accueillera ou dans le centre dans le Travelodge à proximité immédiate du Royal Mile et de la gare(la meilleure option pour le coût et la situation géographique)

 

La route d'Inverness

Plusieurs options possibles bien sûre , je conseillerais volontiers une première halte à Dunkell pour sa cathédrale, de quitter la grande route, de rejoindre Kirremuir et de faire le tour du Glen Clova, l'auberge du même nom pourra vous héberger .

Vous pourrez alors soit décider de rejoindre Braemar,Tomintoul et la vallée du whisky(la Spey valley), dans cette hypothèse prenez la petite route elle est magnifique avant d'arriver à Elgin, à l'est d'Inverness. Avant de prendre la route de la capitale des  Higlands passer donc par Lossiemouth ce petit village de la côte que Pierre Brocchi vient de me faire découvrir, moi qui croyais tout connaître de l'Écosse !

L'autre possibilité c’est de rejoindre la grande route et Pitlochry. Cette petite ville touristique est réputée pour ses magasins de vêtements de laine et sait agréablement soulager le portefeuille des visiteurs.

De la je fais régulièrement un détour vers le loch Rannoch, l'un des plus beaux de cette partie de l'Écosse, il m'arrive de séjourner sur ses bords en camping dit « sauvage » par les gens civilisés, la route est étroite et à partir de Kinloch les voitures peu nombreuses. Toutefois il existe sur la rive sud à condition de s'éloigner de 2 miles sur une route pierreuse un Beau lieu boisé, vaste aire naturelle de camping dotée des facilités essentielles que réclame la dame qui m'accompagne parfois dans ces séjours.

Maintenant vous rejoigniez directement Inverness ne serait-ce que pour y faire quelques provisions. J'aime bien cette petite ville où je me suis attardé autrefois lors de ma première excursion en auto-stop . Un peu de nostalgie ? Depuis la ville s'est bien transformée, les centres commerciaux se sont développés(mais il reste les halles couvertes dans le centre).Il vous faut dîner sur la rive du Ness au « Mustard Seed », je vous conseille le petit menu servi avant 19 heures vous pourrez alors déguster un excellent haggis.

J'ai un ouvre-boîte de bonne qualité mais je préfère le haggis frais et ai même appris à me le préparer.

NB : je ne vous ai pas orienté vers l'intérieur mais si vous avez besoin d'un hôtel de tournez à gauche un peu avant Pitlochry et prenez la route de Killin, l'hôtel du même nom est sympathique et pratique des prix très abordables.

 

Mais ma destination dans cette partie de l'Écosse est Cannich à une quarantaine de kilomètres d'Inverness, la porte du Glen Affric.Cannich n'a rien d'extraordinaire.. sauf

que je m’y plaît.Cannich et Tomich, le village voisin, mes premiers séjours en Écosse, d'abord dans l'hôtel de ce dernier devenu depuis inabordable puis dans le Bunkhouse ou dans un Bed & Breakfast et maintenant dans le camping de Cannich. Le propriétaire parle un très bon français, le camping dispose de la wi-fi sur tout le terrain et les tarifs sont les meilleurs d'Écosse. Le soir le « Slater’s arms » saura vous apporter le réconfort bienvenu de ses bières et whisky après les longues marches au bord du Glen ou plus modestement à Tomich. Complètement rénové ce bar, ce n'est plus la gargote où nous avions essayé de nous faire cuire des champignons récoltés dans les bois voisins pour accompagner le chevreuil, le propriétaire, prudent, avait refusé.

C'est à Cannich que Morvan est venu reviser son bac dans un b&b où je n'ai pas remis les pieds, la propriétaire m’ayant fait remarquer qu'il n'était pas normal qu'il reste travailler toute la journée pendant que je me promenais

 

 

 Je choisis de ne pas vous faire suivre le Loch Ness pour rejoindre directement Fort Williams, route de peu d'intérêt en réalité. Et puis l'extrême nord m'attire, plusieurs routes sont possibles pour rejoindre Thurso, je préfère celle qui bifurque à Helmsdale en passant par Forsinard. Inutile de passer par Wick ou John O’Groats.

Par contre je trouve à Thurso un petit charme que n'a pas altéré la belle tempête que j'y ai subie lors de mon dernier passage, si vous êtes désargentés le Bunkhouse pourra toujours vous accueillir, il est moins onéreux que le camping.

Il existe d'autres options pour rejoindre Thurso : prendre le train à Inverness qui vous fera découvrir des contrées où ne passent pas les voitures, certes il mettra un « certain temps » avant de vous amener à bon port mais vous ne le regretterez  pas c'est d'ailleurs une constante en Écosse : les parcours en train sont extrêmement plaisants et peut-être le meilleur moyen de la découvrir.

Thurso est le port d'embarquement pour les îles Orcades que je me propose de visiter en deux ou trois roues une autre fois.

En quittant la ville vous reprendrez la route de l'Est en direction de Durness : elle est splendide comme toute la côte Nord-Ouest ensuite. Vous n'hésiterez pas à faire une halte à Talmine pour embrasser la fille de John Rebus . Il s'y rend rarement. Vous pourriez pique-niquer auparavant sur le Kyle de Tongue.

 

À Durness les touristes visiteront bien sûr la Smoo cave, je préfère me rendre directement à l'exceptionnel bunkhouse de ce Finistère, certainement le plus confortable que je connaisse, il domine la falaise et la mer et quand le temps le permet(rarement il faut quand même le préciser aux époques où  je le fréquente) vous pourriez prendre l'apéritif sur sa terrasse. Cette année j'ai opté pour le camping mais le vent déchaîné sur cette côte a réussi à déboîter l'antenne radio du camping-car. Le cimetière de Balnakaniel, à 2 km du village vous surprendra : ces pierres dressées ont étonné PB, elles ne sont pas rares dans ces Higlands de l’extrème nord.

La suite prochainement... avec quelques photos

Posté par lochossian à 20:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2015

Les photos

Trop de précipitation pour le premier envoi!

monastere Ipad_1371Monastere Ipad   

monastere Ipad_1372Monastere IpadDeux beaux édifices de la colline du parlement à Ottawa


 

monastere Ipad_1367Monastere IpadLa devise du parlement de Toronto

monastere Ipad_1379Monastere IpadLes 2 cousines au barbecue des chasseurs

monastere Ipad_1383Monastere IpadLe drapeau des Acadiens 

monastere Ipad_1384Monastere IpadLe village de la Sagouine 

monastere Ipad_1386Monastere Ipad  Les demeures colorées de Lunenburgmonastere Ipad_1387Monastere Ipad

 

monastere Ipad_1376Monastere IpadFerronier d'art,une vocation tardive.Yves prétend que je n'ai pas les mains

monastere Ipad_1389Monastere Ipad

monastere Ipad_1391Monastere IpadDeux églises de Lunenburg

monastere Ipad_1393Monastere IpadLe pont couvert de Hartland

 

 

 

Posté par lochossian à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Ontario, la Gaspésie,l' Acadie, la Nouvelle-Écosse

Bonjour à tous,

Après les chutes du Niagara nous avons repris notre périple. L'itinéraire initial se trouve largement modifié et nous décidons d'approfondir notre connaissance très relative du Canada.

 

Toronto et le parc Algonquin

 

La capitale de l'Ontario, plus grande ville du Canada, ne nous laissera pas un souvenir impérissable  sans doute est-ce du à la difficulté d'y circuler et de se garer en voiture. Notre hôtel inconfortable dans le centre ne nous a pas inciter  à prolonger notre séjour; pourtant lors de la visite du parlement j’ai apprécié la formule en latin qui figure au fronton de l’une des poutres de la salle des délibérations:« Écouter l'autre partie » nos parlementaires français devraient la faire leur,eux qui ne savent que s'invectiver dans les moments les plus dramatiques.

Plutôt que de prendre directement la route d'Ottawa nous optons pour la traversée du parc Algonquin et nous ne l’avons pas regretté. Certes nous n'en ferons pas la découverte en canoë et les puristes me le reprocheront, c'est ainsi qu'il faut le parcourir disent-ils, je me contenterai de mettre les pieds dans l'eau du petit lac Oxtongue au bord duquel nous allons séjourner. Une belle chambre avec terrasse nous permet d'apprécier la beauté du lieu. Il ne faut pas ici oublier d'amener ses provisions, les restaurants ouverts ne sont pas fréquents et le choix dans la seule épicerie à quelques kilomètres de l'auberge fort limité, mais notre glacière n'est jamais vide.. Nous sommes les seuls clients de l'hôtel et le jeune homme de service nous propose un prix attractif pour les deux nuits.. Je recommande l'adresse, en saison vous pourrez vous restaurer sur place.

 

Ottawa

 

Notre gîte est bien plus agréable qu’à Toronto. Il se trouve à une demi-heure de marche de la colline du Parlement et du musée. Lorsque nous disons à l’hotelier que nous allons y aller à pied il nous regarde d'un air effaré; il bruine légèrement et je lui dis que nous bretons ne craignons guère  le crachin.

Beaux bâtiments anciens sur cette colline, le spectacle le soir lorsqu'ils sont éclairés justifie à lui seul les quelques gouttes qui s'accumulent sur la casquette.

Le musée m’avait été décrit comme l'un des plus beaux du Canada, il est vrai que le bâtiment en lui-même est impressionnant et qu'il abrite des collections de grandes valeurs. L'exposition temporaire est consacrée aux ponts de Manet, à ses multiples versions du pont d'Argenteuil je préfère celui de Londres, dans une brume dense où l'on distingue vaguement quelques piétons. Riche collection d'impressionnistes mais je garde un souvenir ému de la très belle Vénus de Cranach qu'une conservatrice facétieuse a placé face au Christ crucifié: dernière tentation, ultime consolation ?

 

Montréal et Saint Christine

 

Bref passage à Montréal où je voulais vérifier chez Hertz la possibilité de mettre des pneus neige . Pas encore utile me dit-on. Nous dormirons dans un motel à Brossard, motel très bien placé au bord du  fleuve, à une autre saison je me serais volontiers laissé tenter par un apéritif dans les fauteuils accueillants du coin aménagé sur la rive. Mais il fait un peu frais..

Le motel améliore son taux d'occupation et sa rentabilité en proposant des chambres pour quelques heures, pour une sieste disent les panneaux, une sieste crapuleuse peut-être comme aurait dit notre ami Alain Ab.. du temps de notre jeunesse pas si lointaine.

Retour à Saint Christine où nous retrouvons Yves qui tient son stand au marché de Noël. Il prend le temps de nous préparer le lendemain de délicieuses cailles.. Avant que les chasseurs portugais qui louent les terres de Mariette ne nous invitent à partager leur barbecue. Nous emporterons quelques cailles dans la glacière. 

 

La Gaspésie

 

Nous avions choisi le commencer par l'ouest craignant d'arriver trop tard dans les Rocheuses et réservions la Gaspésie pour la fin du voyage si la neige n'était pas au rendez-vous. Le temps reste beau et nous entreprenons de faire le tour de cette partie de la province dont la beauté nous a souvent été vantée. En cette saison la côte est magnifique, un peu fraîche bien sûre, nous ne pouvons que rarement profiter des nombreux coins pique-nique aménagés au bord de l'estuaire ou de la mer. Il arrive quand le soleil brille comme à Gaspé que la température ressentie soit bien supérieure à celle indiquée par le thermomètre.

 

Notre première poutine

 

À Sainte-Anne des Monts nous dégusterons un soir notre première poutine. Quelles sont les mauvaises langues qui nous avaient dit de ne pas en abuser, à peine mangeable prétendaient-ils. Prudents nous avons commandé une pour deux. Je vous assure qu'une poutine au crabe et à la crevette, parfumée d’une sauce au homard peut-être un plat apprécié. Un peu trop de frites sans doute.. Nous découvrirons plus tard que l'État voisin du Nouveau-Brunswick est le plus gros producteur mondial de pommes de terre 

Notre seul regret est de ne pouvoir rester plus longtemps sur ce bord de mer. Il faudrait y revenir fin septembre – début octobre. La route côtière est un plaisir pour les yeux des Bretons. 

 

Pour quelques kilomètres de plus

 

Arrivé là pourquoi ne pas poursuivre vers l'Acadie et la Nouvelle-Écosse ?

Nous n'avions pas pensé à l’Acadie et découvrons l'histoire de ce peuple victime du Grand dérangement organisé par ces « maudits » anglais à qui ils refusaient de prêter une allégeance sans condition. Passage trop rapide. Nous tenterons de visiter  le village de la Sagouine, la passerelle est fermée et ne pourrons le voir qu’à distance. Par contre l’arrêt à Shediac s’impose, nous cédons à la tentation du homard dans sa capitale mondiale, accompagné de quelques crevettes.

Brèves halte  au fond de la baie de Fundy qui sépare le Nouveau-Brunswick de la Nova Scotia

 

 La Nouvelle-Écosse

 

 La Nouvelle-Écosse n’est plus très loin. Nous trouvons un hôtel dans le centre d’Halifax, joli quartier historique à proximité  des quais,nous ne feront qu’apercevoir son immense forteresse qui ne fut jamais conquise mais notre but était Lunenburg,l’île du Cap Breton sera pour une autre fois.

 Adorable petit port classé au patrimoine mondial de l’Unesco avec ses maisons colorées, ses églises en bois de style gothique il a un charme fou.

 Malheureusement la pluie abrège notre séjour et remontons  par la route intérieure vers Grand Pré, lieu de mémoire sans grand intérêt à mon sens.

 Avant de remonter vers mon Moncton nous rejoindrons Truro par les petites routes, de vrais paysages écossais. Est-ce pour cela qu’ils me séduisent ? Les couleurs ,les lacs, les chemins tortueux.

 À Moncton nous nous arrêtons dans un motel peu onéreux, très confortable, tenu par un jeune Français de La Rochelle  qui rêve de s’y installer définitivement. Il développe un projet original de « voilages d’ombre », peu répandu nous dit-il au Canada. Particulièrement bavard il nous raconte sa vie ici et ses  perspectives d’avenir.

 Il nous faut remonter vers le Saint-Laurent avant que la neige  survienne et nous bloque. Je surveille la météo. Petite discussion avec Élisabeth qui me dit que nous pourrions toujours attendre qu’elle se manifeste. Les Canadiens jugeront.

 La route de la vallée de Saint-Jean mérite d’être parcourue en longeant le fleuve et pas seulement pour rendre hommage à Mc Cain en son empire de la frite (non messieurs les belges ce n’est pas bruxelles) mais pour visiter les ponts couverts, le plus long du monde se trouve à Hartland. Franchement je ne suis pas certain qu’il faille s’y attarder lorsque l’on habite à proximité du pont habité de Landerneau.

 

Cabano au bord du lac Témiscouata

 

 Splendide. Nous avons la chance de trouver une chambre dans le motel qui domine le lac et bénéficions de deux grandes fenêtres qui nous permettent de le contempler dans toute sa beauté. il est bien agité aujourd’hui, le soleil perce entre les nuages, ombre et soleil.

 

 Les photos suivent

 

 

 

 

 

 

Posté par lochossian à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2015

Photos: les chutes et Chicago

monastere Ipad_1348Monastere Ipad

monastere Ipad_1343Monastere IpadLes chutes jour et nuit

monastere Ipad_1355Monastere Ipad

monastere Ipad_1358Monastere IpadLa quête fut bonne

monastere Ipad_1347Monastere IpadLa maison de Frankestein,plus bas vous pourriez voir celle de Dracula

monastere Ipad_1339Monastere IpadLa Tower Trump

 

monastere Ipad_1338Monastere IpadLe centre de Chicago

 

Posté par lochossian à 00:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]